RECHERCHER

Les KDN sont des commissions pour les affaires des mineurs et la protection de leurs droits. Les tâches principales de KDN et ZP

En Russie, la protection des intérêts des mineurs fait l'objet d'une attention particulière. En plus des médiateurs pour enfants, les commissions pour les affaires des mineurs et la protection de leurs droits travaillent dans les régions.KDN). Ces les structures sont permanentes. Leur statut juridique est fixé par la loi fédérale n ° 120. L’activité directe des commissions est régie par la législation régionale.

kdn cela

Statut juridique de la KDN

Dans la loi fédérale n ° 120 relative à la prévention de la négligence et de la délinquance juvénile, KDN et ZP. Les commissions coordonnent et supervisent le travail d'autres organismes et institutions faisant partie du système:

  • Protection sociale
  • Management dans le domaine de l'éducation.
  • La tutelle et la tutelle.
  • Gestion de la santé.
  • Sur les affaires de la jeunesse.
  • Affaires intérieures
  • Services d'emploi
  • Contrôle du chiffre d'affaires des substances narcotiques et psychotropes.
  • Le système pénitentiaire (écoles spéciales pour "enfants difficiles", colonie éducative, isolateurs d'investigation).

Les pouvoirs des commissions sont fixés dans la loi fédérale n ° 102, code administratif et autres actes normatifs.

Changements dans la législation

En 1999, la loi fédérale n ° 120 susmentionnée a été adoptée et l’un des inconvénients de l’acte normatif est l’absence d’un système à trois niveaux fixe. KDN et ZP. Parallèlement, en abrogeant la procédure antérieure de formation des commissions par les organes municipaux, le législateur n'a pas proposé de nouvelles règles.

En 2013, le décret gouvernemental n ° 995 a approuvé le règlement sur des commissions pour mineurs. La loi Le numéro 120, tout comme la résolution, ne contient toutefois aucune référence à la base de données du gouvernement, à savoir l’organe constitué au niveau fédéral. À propos de cela est parlé dans la décision de 2006 № 272.

CAO

Le code prévoit trois types de commissions: ville, district et District KDN dans les villes. Dans le Code des infractions administratives, ces organes sont classés comme administratifs collégiaux.

Dans la partie 1 de l'art. 23.2 du Code, en particulier, a déclaré que la ville (ou district) et la juridiction du district de la ville KDN pour connaître des infractions commises par des adolescents, ainsi que les violations de l'affaire, prévues par les articles 5,35, 20,22, 5,36, 6,23, 6,10 du Code administratif.

travail préventif avec des mineurs enregistrés

Dans plusieurs municipalités, un avertissement négligence et délinquance juvénile est effectuée dans le cadre du Code administratif, en tenant compte de la pratique établie de la résolution des affaires. Cela confirme une fois de plus l’absence d’un mécanisme clair et unifié pour la réalisation des droits des mineurs.

Rendez-vous

Dans le plan fonctionnel KDN est structures conçues pour mettre en œuvre des mesures de prévention de la délinquance, prévenir la négligence des mineurs. Les commissions sont également appelées à promouvoir et à protéger les droits des adolescents.

En fait, KDN est organe exécutif, c’est-à-dire structure administrative, dotée du pouvoir de l'État. C'est à ces institutions que la Constitution impose l'obligation de mettre en œuvre des mesures visant à garantir la légalité, à protéger les libertés et les droits des citoyens, à protéger la propriété et à lutter contre la criminalité. Étant donné le sérieux et l’unité de la fonction de coordination au le travail de KDN et ZP, la dispersion des tâches entre des structures de nature juridique différente semble être inopportune.

Selon un certain nombre d’experts, les commissions, de par leur nature, ne sont ni des organes publics ni des organes de l’État. Les auteurs estiment qu'ils ne peuvent être attribués à aucune branche du pouvoir. KDN est éducation spéciale avec puissantautorité. Cependant, leur compétence ne va pas au-delà du système de prévention. En conséquence, la commission peut être considérée comme un organe, mais non liée au pouvoir de l’État. Il est nécessaire d'assurer le fonctionnement du système de prévention, l'organisation des processus orientés vers la mise en œuvre des tâches qui lui sont assignées.

Caractéristiques du fonctionnement

L’un des domaines de travail du KDN est l’activité administrative exécutive. Il se manifeste dans le cadre de la mise en œuvre de la compétence.

L'activité vise à remplir les tâches,fixé devant les commissions, énoncées dans les décrets présidentiels, la législation fédérale, les règlements gouvernementaux, les documents normatifs aux niveaux régional et municipal.

Les tâches principales incluent:

  • Fournir une approche unifiée de la résolution de problèmes prévention de la délinquance juvénile à l'école et d'autres établissements d'enseignement.
  • Protection des intérêts et des droits des adolescents sur tout le territoire de la Fédération de Russie.

conversations avec des adolescents difficiles

Tâches de gestion

Formé dans le système RF KDN, réalisantla coordination intersectorielle est le sujet de la gestion. L’objet de la sphère administrative, politique et sociale est l’activité des institutions et des organes du système. prévention de la délinquance juvénile à l'école, d'autres établissements d'enseignement, dans la famille. Il comprend:

  • La mise en œuvre de mesures pour protéger et restaurer les intérêts et les droits des adolescents.
  • Identification et élimination des conditions et des circonstances qui contribuent à l'émergence du sans-abrisme, de la négligence, de la commission d'actions antisociales par des mineurs.

Informations d'identification

Ceux-ci comprennent:

  • Mise en place de mesures pour coordonner le travail des institutions et organes de prévention.
  • Organisation du contrôle des conditions de formation, éducation, entretien des adolescents, traitement avec eux dans écoles spéciales pour "enfants difficiles"", d'autres établissements d'enseignement spéciaux.
  • Protection et restauration des intérêts et des droits des adolescents.
  • Identification et élimination des conditions propices à la commission d'actes illicites par les parents et les représentants des enfants.

Sur toutes les questions relevant de la compétence, la KDNadopter des résolutions dont le respect est obligatoire pour les organismes publics, les autorités locales, les institutions, les entreprises et les organisations, indépendamment de leur forme de propriété, ainsi que pour les citoyens. Compte tenu du large éventail de pouvoirs, on ne peut être d’accord avec l’opinion selon laquelle les commissions n’appartiennent pas au système du pouvoir exécutif.

président de la commission des affaires des mineurs

Principes d'organisation et activités de la KDN

Les avocats distinguent trois catégories:

  • Principes généraux Celles-ci incluent la démocratie, la glasnost, la légalité.
  • Principes de constitution des commissions. Parmi eux, l’unité du système préventif, la collégialité, le soutien de l’État aux activités des autorités locales et des organisations publiques, la responsabilité des employés de violer les intérêts et les droits des adolescents.
  • Principes pour l'exercice de l'autorité.

Les derniers incluent:

  • Traitement humain des adolescents.
  • Attitude respectueuse envers l'enfant vis-à-vis des parents et des autres représentants légaux.
  • Confidentialité des informations concernant un adolescent, membres de sa famille.
  • Assurer une interaction constante avec les parents et les autres représentants légaux sur les questions relatives à la protection des libertés et aux droits des mineurs.
  • Approche individuelle pour l'éducation des adolescents.

Activités de coordination

Coordination multi-niveaux, interaction etLa coopération entre les organismes est une priorité dans le système de prévention des infractions et de négligence des adolescents. Cela est dû à la multiplicité des sujets du processus, à la généralité des objectifs de l’activité des structures, à la variété des fonctions et des tâches, aux méthodes, aux formes de leur mise en œuvre.

Le besoin de coordination est causé dans le premierLa raison en est que le travail éducatif et préventif dans le domaine social est effectué par divers organismes municipaux, étatiques et publics. Leurs activités sont à plusieurs niveaux, polyvalentes.

négligence et délinquance juvénile

Le but de la coordination est défini comme la mise en œuvrepolitique de l'Etat en matière de prévention de la délinquance, négligence des adolescents, protection de leurs intérêts et droits fondés sur la primauté du droit, interaction, cohérence de tous les acteurs impliqués dans le processus, sous la direction de la KDN. L'État est l'organisateur direct de toute cette activité.

Activité administrative et juridictionnelle

Dans le cadre de sa mise en œuvre, les secteurs suivants sont distingués:

  • Cas d'infractions administratives.
  • Plaintes

Les pouvoirs juridictionnels du KDN sont complexes. Ces commissions diffèrent des autres sujets d’activité administrative et juridictionnelle.

Composition

La structure de la KDN comprend: le président, son adjoint (un ou plusieurs), le secrétaire exécutif et les membres.

Des représentants dedifférents corps. En règle générale, la KDN se compose de responsables (chefs adjoints) d’institutions et d’organes du système de prévention, d’employés d’autres organismes municipaux et d’États, de représentants d’organisations publiques et religieuses. Les membres de la commission peuvent être des citoyens ayant une expérience de travail avec des adolescents, des représentants d'organes représentatifs et d'autres sujets intéressés.

Au niveau fédéral, il y a le gouvernement KDN. Président de la Commission des affaires juvéniles Olga Golodets au gouvernement.

loi sur les commissions pour mineurs

KDN travaille avec des mineurs - trèscatégorie spécifique de citoyens. Dans le même temps, les commissions ont le pouvoir d'amener les adolescents à la responsabilité administrative. Toutes ces actions impliquent une responsabilité accrue. À cet égard, des exigences strictes sont imposées au personnel de la KDN. Ils concernent non seulement la connaissance des questions juridiques, mais également des caractéristiques de la psychologie comportementale liée à l'âge qui s'écarte de la norme.

Travail préventif individuel avec des mineurs inscrits

Dans chaque institution et organisme inclus dans le système de prévention, un programme individuel pour chaque adolescent devrait être développé. Ce document contient des informations sur:

  1. À un adolescent et à sa famille.
  2. Motifs et raisons de diriger une personne travail préventif avec un mineur enregistré.
  3. Plan des événements, interprètes responsables.
  4. Résultats du travail

Les conditions d’activité sont établies, conformément à la loi fédérale n ° 120, à la discrétion de l’entité qui les met en œuvre. Comme les repères sont des périodes:

  • Nécessaire de fournir une assistance sociale et autre aux adolescents.
  • Jusqu'à l'élimination des conditions et des causes contribuant aux infractions, négligence, sans-abrisme, actions antisociales des adolescents.
  • Nécessaire pour l'appareil des mineurs.

La date limite est fixée par la loi pour:

  • Réalisation d'un citoyen de la majorité.
  • L'apparition d'autres circonstances spécifiées par la loi.

Ce dernier, par exemple, inclut l'imputationpénalités sous la forme de travaux forcés, correctifs, de probation en probation. Pendant la période où ils servent avec un adolescent, ils travaillent. En règle générale, il est exprimé sous la forme conversations avec des adolescents difficiles et leurs parents, de vérifier régulièrement le respect des exigences du tribunal ou d’un autre organe autorisé.

district de kdn

Dynamique du travail individuel

Dans le cadre des activités de prévention, les causes et les circonstances sont déterminées, en liaison avec lesquelles l'adolescent se trouve dans des conditions socialement dangereuses. Ceux-ci incluent:

  • Facteurs médicaux et biologiques. Nous parlons en particulier d'un groupe de santé, d'hérédité, de pathologies congénitales, de troubles du développement physique et mental, de conditions d'accouchement, etc.
  • Causes et conditions socio-économiques. Ceux-ci incluent le séjour d'un adolescent dans une famille incomplète ou nombreuse, une famille sans logement, avec des parents au chômage, des enfants issus de mariages répétés ou précédents, avec des parents ayant un mode de vie asocial. Les conditions préalables socio-économiques sont également l’incapacité de l’adolescent à la vie, une tentative de suicide, le vagabondage, la consommation de drogue ou l’alcool.
  • Facteurs psychologiques Parmi eux, on peut parler d'aliénation de la société, de non-acceptation de soi, d'instabilité émotionnelle, de perturbation des contacts avec les gens autour de soi, de l'absence de résultats positifs en matière d'adaptation sociale, d'influence négative des amis, etc.
  • Facteurs pédagogiques. Ceux-ci incluent l’incapacité de faire face à la charge académique, l’échec scolaire, l’incohérence des conditions de mise en œuvre des activités éducatives caractéristiques psycho-physiologiques des adolescents, le désintérêt des matières scolaires, etc.

Dans le cadre du travail de prévention, les problèmes actuels de l’enfant sont identifiés, des mesures d’aide et de correction sont en cours de développement.

Lacunes dans la législation

Actuellement, il y a beaucoup de problèmes non résolusproblèmes de prévention de la délinquance juvénile et de leur négligence. Dans la plupart des cas, ils sont dus aux lacunes de la législation en vigueur.

Selon de nombreux experts, au niveau officielil est nécessaire de consolider les compétences du KDN à chaque niveau pour déterminer leurs droits et devoirs spécifiques. Il est nécessaire d'analyser les activités des structures, d'identifier les défauts de leur travail, conduisant souvent à une résolution incompétente des cas d'infractions.

Au niveau fédéral, il n’existe pas de procédure fixe pour l’examen des cas de KDN.

La législation fédérale devrait prévoir non seulement la protection, mais également la protection des intérêts et des droits des adolescents lors de l’enquête sur des faits relatifs à des infractions et de l’application de mesures d’influence.

Conclusion

En pratique, KDN et ZP ne peuvent pas être appelés intégralement des organes de coordination. Les commissions ne mettent aujourd'hui en œuvre que des fonctions de contrôle.

Comme le montre l'analyse du travail du KDN en Russie,Il est loin d’être toujours que les structures autorisées contrôlent et possèdent des informations sur les suicides chez les adolescents. Parfois, les informations sur l’abus des mineurs dans la famille ne sont parfois pas vérifiées. Beaucoup de KDN considèrent la mise en œuvre de fonctions administratives et punitives comme une priorité dans leurs activités. Les principales tâches des commissions sont de veiller à la coordination des travaux des institutions et organes du système de prévention, de la protection et de la protection des intérêts et des droits des adolescents. Certains employés évaluent leurs activités uniquement en fonction du nombre de documents examinés et de décisions prises pour amener les enfants ou leurs parents à des responsabilités administratives.

Le travail de la Commission doit produire des résultats. Cela nécessite bien entendu un ajustement de la législation non seulement au niveau fédéral, mais également aux niveaux régional et municipal.

  • Note: